Communiqué de presse d’APRÉS et du MRC – Justice sociale, pouvoir d’achat, transition écologique : une politique radicalement différente s’impose

Communiqué de Presse d’APRÉS et du MRC – mercredi 5 décembre 2018

Les annonces du Premier ministre Édouard Philippe ne sont absolument pas à la hauteur des attentes légitimes des Français qui veulent pouvoir vivre dignement et ne supportent plus des inégalités sociales et territoriales insupportables.

La justice sociale c’est maintenant !

Une simple suspension des taxes sur les carburants, le gel des prix de l’électricité et du gaz pendant 6 mois ne sauraient suffire : il faut annuler la hausse des taxes sur les carburants. Le pays a besoin d’une fiscalité juste et d’une stratégie alternative pour la transition énergétique.

La France peut dégager les moyens nécessaires, en particulier en restaurant l’ISF, en luttant contre l’évasion fiscale, en remettant en cause le CICE (ou son remplacement définitif par des baisses de cotisations patronales), en faisant payer les multinationales et les géants du numérique.

Or justement hier, le gouvernement a cédé devant Mme Merkel en acceptant de renoncer à taxer les GAFAM au niveau européen.

Il est essentiel que l’Assemblée nationale vote immédiatement cette taxation des GAFAM en reprenant l’amendement voté par le sénat dans le projet de loi de finances pour 2019.

La hausse du pouvoir d’achat maintenant !

Les Français attendent une hausse durable de leur pouvoir d’achat, du SMIC et des salaires. La revalorisation des salaires des fonctionnaires et des petites retraites s’imposent. Nos concitoyens ne peuvent plus attendre. Nos concitoyens doivent pouvoir vivre dignement. C’est une nécessité sociale et économique. Le pouvoir d’achat n’est l’ennemi ni de l’emploi, ni de la reprise économique. Bien au contraire !

Le pays a besoin d’un plan de relance par le soutien à la consommation populaire, et une programmation d’investissement pour des services publics qui doivent être d’égal accès, d’égale qualité pour tous et partout, pour la réindustrialisation du pays et la transition écologique.

C’est une politique radicalement différente, alternative qui s’impose.

Au fond, c’est la logique libérale et autoritaire d’Emmanuel Macron qui est rejetée par notre peuple. C’est aussi la volonté de voir changer notre pratique démocratique pour restaurer la souveraineté populaire.