Le Progrès – Crise au PS : le secrétaire de la section de Saint-Priest (Rhône) jette l’éponge

Adrien Drioli ne se reconnaît plus dans le parti. Et fustige l’attitude de la fédération du Rhône et de certains élus. Ambiance dans l’Est lyonnais.

Le Progrès – Le 16/10/2018 à 14:43 mis à jour à 14:59

« Je pars la tête haute. La page est tournée, définitivement », confie Adrien Drioli. Ancien élu lors du mandat 2008-2014 de Martine David (PS), il quitte ses fonctions de secrétaire de la section locale du Parti socialiste de Saint-Priest. Et vient de le faire savoir dans une lettre au vitriol adressée aux militants.

La valse-hésitation du PS avec les macronistes l’insupporte. Il préfère tirer un trait sur son engagement et rejoint la nouvelle formation lancée en fin de semaine par Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann qui prônent un nouveau « front populaire » et un rapprochement avec La France Insoumise.

Les législatives de 2017, une « farce »

Les désaccords locaux ont aussi pesé dans la balance. Le patron du PS à Saint-Priest n’a pas digéré la « farce » des législatives 2017 dans la 14e circonscription du Rhône.

Investi par le parti, il avait dû faire face à une candidature gag de son « camarade », secrétaire de la section de Vénissieux, Lotfi Ben Khelifa… qui avait fait campagne pour le sortant Yves Blein, ex-PS passé chez En Marche ! Adrien Drioli avait réclamé des sanctions. La Fédération a botté en touche.

Il y a des lignes rouges qui ne doivent pas être franchies.

Idem lorsque Lotfi Ben Khelifa a été condamné pour avoir laissé publier des commentaires injurieux sur sa page Facebook visant la maire de Vénissieux (PCF). « La fédération et Olivier Faure n’ont pas voulu porter le dossier alors qu’il y a des lignes rouges qui ne doivent pas être franchies », assène Adrien Drioli.